Le motet saxo-thuringien de Telemann

Publié le par Guy Foulquié

Dans le programme de musique sacrée que donne cette saison l’ensemble vocal Polychrome de Rouen, des motets de Georg Friedrich Telemann.
Si la cantate est le genre musical en vogue au début du XVII°, la liturgie protestante demande encore des motets, plus courts, dont certains répondent à une structure d’écriture particulière à la région de Saxe Thuringe. Le motet saxo-thuringien est donc une pièce où la voix de dessus assure le cantus firmus alors que les 3 autres voix déclament en alternance ou légérement décalés un texte saint. Ainsi en est il, dans le programme de l’EVP, de « Ich habe Lust abzuscheiden » et « Saget der Tochter Zion ».
Telemann a peut être écrit ses motets dans la période (1708-1712),  où il était maitre de chapelle à Eisenach en pleine Thuringe..
Le sentiment de plénitude porté par le cantus firmus fonctionne donc d’autant plus qu’il s’appuie sur la pureté des voix de sopranes. Ce dernier point apportant la preuve de l’appartenance des anges au genre féminin.

Publié dans Musique Baroque

Commenter cet article