La disgrâce de Jean Sébastien Bach

Publié le par Guy Foulquié

Roman de Jean François Robin paru en 2001, la disgrâce de Jean Sébastien Bach retrace l'emprisonnement de JSB à Weimar en 1717. Bach ne pense plus qu'à partir rejoindre la cour de Köthen et demande un congé que le prince de Weimar trouve injustifié. Mis aux arrêts, privé d'instrument, Bach compose des chorals pour son livre d'orgue. Le récit invente un personnage, Lucas, gardien puis élève du génial prisonnier.
Passons vite sur les redites du récit : raconté par Lucas, dans chaque chapitre est resservi un petit couplet sur les enthousiasmes et les phases d'abattement du musicien plus les inquiétudes du geôlier. Positivons donc sur les passages intéressants : la construction des oeuvres,  l'exposé en faveur de l'utilisation du pouce sur le clavier,  les personnages qui entourent Bach à ce moment de sa vie, en premier lieu Maria Barbara et ses enfants, le prince mais aussi le prince de Kôthen, sa soeur, les musiciens médiocres de la cour de Weimar, ses contemporains et leurs limites et les interprètes dédicataires des oeuvres comme le violoniste Pisendel.
Plus qu'un roman, je vous invite à lire ce livre comme un documentaire et à le ressentir comme une mise en relation avec la truculence et la vie de l' immense personnage. Et bien sûr en écoutant les cantates en rapport avec le texte et le séjour forcé.

Publié dans Musique Baroque

Commenter cet article